Index - FAQ - Rechercher - Membres - Groupes - S’enregistrer - Messages PrivésConnexion


 منتدى المغرب للحمام الزاجل 
 
 
 
      
 
      
.........................................................................................................................................................................................................................................................................................................................
  
      
     
              


      
                   
                             
      
               
                       
Une visite au maroc  à dicembre d'un grand champion de sport colombophile international, Peter van de Merwe 
 


      
       
                          
 
      
Ecologie et colombophilie

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    La colombophilie marocaine : Les pigeons voyageurs Index du Forum -> قسم الحمام العام -> المقالات والترجمة/articles
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
RABERH


Hors ligne

Inscrit le: 31 Déc 2010
Messages: 35
Numéro de téléphone: 0661935149
Association :: AEA Région de Rabat
Point(s): 0

MessagePosté le: Lun 24 Jan - 11:35 (2011)   Répondre en citant

Je suis toujours étonné lorsque j’arrive chez un colombophile et que je vois sur le pas de la porte une grande poubelle ou trois sacs plastique pleins de fientes de pigeons qui attendent le jour du ramassage des ordures pour partir. Le principe me surprend d’autant plus lorsque dans le même temps, j’aperçois en traversant le garage deux sacs d’engrais chimique qui attendent pour être épandus dans le jardin ou dans le potager. C’est un non sens sur le plan agronomique mais aussi sur le plan économique.

En ville, les fientes de pigeons ont mauvaise réputation et cela peut se comprendre. Elles dégradent les monuments, tâchent les feuilles des plantes ornementales ou salissent les balcons. Je peux en témoigner puisque c’est grâce à cela que je suis devenu colombophile. Dans les années 75 à 80, mes parents m’avait chargé d’attraper au « corbeau dort » tous les pigeons qui nichaient sur notre maison et enduisaient les balustrades de nos fenêtres de leurs fientes. J’ai donc capturé des dizaines de pigeons de ville avec du maïs enduit de cette poudre bleue avant de croiser le chemin de 2 pigeons voyageurs qui m’ont inoculé le virus de la colombophilie : un hollandais et un allemand de toute beauté.

A la campagne par contre, et nos ancêtres savaient s’en servir, les fientes de pigeons des colombiers seigneuriaux ont très bonne réputation. De l’Asie à l’Afrique, en passant par l’Europe, les agriculteurs récupèrent cet engrais de choix pour fertiliser leurs terres. En effet, les déjections de volailles présentent un des meilleurs équilibres N-P-K (azote, phosphore, potassium) que l’on puisse trouver. Il suffit pour s’en rendre compte de diluer des fientes dans un arrosoir d’eau et d’épandre ce mélange sur votre gazon aux endroits où il est un peu jaune du fait de la nature du sol ou de la présence d’un arbre un peu envahissant. Vous retrouverez quinze jours à trois semaines plus tard exactement les traces de votre arrosoir sur le passage duquel le gazon sera plus vert et plus haut.

La deuxième expérience que j’ai réalisée est de placer pendant l’hiver une volière à fond grillagé contenant des pigeons sur le gazon. Au printemps, loin d’avoir souffert ou d’être morte, l’herbe était deux fois plus haute et plus verte à l’emplacement de la volière qu’à côté, ce qui veut dire qu’en dehors d’un contact direct avec les feuilles des plantes ornementales qui peut brûler le feuillage, les déjections de nos pigeons peuvent sans aucun problème remplacer les engrais chimiques du commerce.

FABRIQUER SOIT MÊME SON ENGRAIS

L’idéal cependant est de composter les déchets du colombier. Pour cela, il suffit de fabriquer un bac à compost en bois à ciel ouvert, posé à même le sol pour permettre à l’eau de pluie de pénétrer par le haut et de s’évacuer par le sol (cf photo).
Le meilleur équilibre est atteint en mélangeant dans ce bac :
- les fientes de vos pigeons, y compris les plumes, les poudres vitaminées et autres restes de grit,
- les tontes de gazon qui vont faire monter la température du tas de compost et accélérer sa décomposition,
- la paille issue du colombier si vous en utilisez. La paille de blé ou d’orge est moins pratique que la paille de pois dans les pigeonniers car elle est moins aérée et s’envole plus facilement. Par contre, elle est plus tendre et se décompose plus rapidement,
- des feuilles d’arbres qui à défaut de paille apporteront de la matière sèche car les fientes et les tontes sont trop riches en eau pour bien se décomposer seules,
- du sable ou de la terre dont vous n’avez pas l’utilité sur le moment et qui complèteront parfaitement le mélange.

Le bac se remplit tout au long de l’année par couches successives qui se tassent sous l’effet du soleil et de la pluie. Nous ne compostons jamais de déchets végétaux malades ou de mauvaises herbes : pieds de tomates, feuilles de vignes, tailles de rosiers, racines de chardons, adventices montées à graine… sont exclus du compost. Il est bon de retourner ce mélange une à deux fois dans l’année et de le traverser de temps à autre avec une barre à mine pour aider l’eau à pénétrer sur toute la hauteur du tas.

L’optimum est de disposer de plusieurs bacs (au minimum 3) et de faire un roulement. Le meilleur compost, parfaitement décomposé et bien grumeleux est obtenu après deux hivers soit 18 mois. Vous ne retrouverez ni fiente, ni plume, ni feuille, ni tonte mais de l’or pour votre jardin. Vous serez surpris du nombre colossal de vers de terre qui s’y développent et toutes les plantes à qui vous apporterez, soit à la plantation, soit au printemps le produit de vos bacs à compost vous le rendront au centuple par la richesse de leur végétation, de leurs fleurs et de leurs fruits. Il vous suffit pour cela de l’épandre à leurs pieds et de l’enfouir par un léger binage.
Ainsi, les sacs de grains que vous achetez à prix d’or pour nourrir vos champions vous serviront une seconde fois pour enrichir votre jardin et économiser l’achat d’engrais. Les colombophiles ne sont-ils pas tous concernés par l’écologie ?

Marc SPALART



Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Lun 24 Jan - 11:35 (2011)  

PublicitéSupprimer les publicités ?

Revenir en haut
rajawi


Hors ligne

Inscrit le: 02 Jan 2011
Messages: 124
Numéro de téléphone: 567
Point(s): 0

MessagePosté le: Lun 24 Jan - 23:41 (2011)   Répondre en citant

BRAVO Okay Okay Okay


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 17:39 (2016)  


Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    La colombophilie marocaine : Les pigeons voyageurs Index du Forum -> قسم الحمام العام -> المقالات والترجمة/articles Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB
Appalachia Theme © 2002 Droshi's Island
Traduction par : phpBB-fr.com
Designed & images by Kooky